Ergonomie Participative Ergonomie conctructive - ACTIS E&P
Ergonomie Participative - Logo Ergonomie Participative
Aller au contenu

Des symptômes majeurs sur le long terme

On classe généralement les symptômes pour les victimes des RPS en trois classes :
  • Les symptômes physiques : migraines et maux de tête, muscles tendus, fatigue inexpliquée, digestion difficile, malaises, etc., qui peuvent déclencher ou aggraver des pathologies type TMS,
  • Les symptômes psychologiques : agacement, inquiétude, énervement, découragement, tension, problèmes de sommeil, insatisfaction, crises de larmes, etc. autant d’émotions qui s’ajoutent les unes aux autres
  • Les symptômes comportementaux : addictions de plus en plus prononcées au café, au tabac et/ou à l’alcool, troubles alimentaires (anorexie, boulimie), tendance à l'isolement, agressivité, etc.
Tous ces symptômes varient en fonction de chaque individu et chaque situation, d’où leur aspect complexe.  Leur traitement ne peut se faire que sur le long terme

Des conséquences pour le salarié, sa famille, sa santé

Les effets des facteurs de risques psychosociaux sur la santé des travailleurs peuvent être  explorés par des études qualitatives et évalués sur la base d’études  épidémiologiques. Le nombre d’études épidémiologiques disponibles pour étudier ces relations est conséquent. On dispose actuellement, au moins  pour certaines pathologies (troubles psychiques, maladies  cardio-vasculaires et troubles musculosquelettiques), d’études robustes.  Les relations les plus étudiées concernent celles entre les contraintes  des modèles de KARASEK et SIEGRIST et de nombreux marqueurs de santé.  Elles apparaissent actuellement comme les plus prédictives d’une  dégradation de l’état de santé.

Des conséquences pour l'entreprise, ses résultats, sa réputation

Les risques psychosociaux désorganisent les entreprises et les collectifs de travail.
Dans les entreprises où ils sont présents, on peut ainsi noter :
  • une augmentation de l’absentéisme et du turnover,
  • des difficultés pour remplacer le personnel ou recruter de nouveaux employés,
  • une augmentation des accidents du travail, et des maladies de travail (on connait l'influence des RPS sur les TMS)
  • une démotivation, une baisse de créativité,
  • une dégradation de la productivité, de la qualité, une augmentation des rebuts ou des malfaçons,
  • une dégradation du climat social, une mauvaise ambiance de travail,
  • des atteintes à l’image de l’entreprise
En raison de ces dysfonctionnements, les risques psychosociaux coûtent cher à l’entreprise.
Retourner au contenu