Aller au contenu
Passer d’adaptation à la construction des environnements de travail

La définition officielle de l'ergonomie (IEA : International Ergonomics Association)

L’ergonomie (ou l’étude des facteurs humains) est la discipline scientifique qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système, et la mise en œuvre dans la conception de théories, de principes, de méthodes et de données pertinentes afin d'améliorer le bien-être des Hommes et l'efficacité globale des systèmes. Les ergonomes contribuent à la conception et à l’évaluation des tâches, du travail, des produits, des environnements et des systèmes en vue de les rendre compatibles avec les besoins, les compétences et les limites des personnes.
Son nom provenant du grec ergon (travail) et nomos (lois) pour la désigner comme la science du travail, l’ergonomie est une discipline qui utilise une approche systémique dans l’étude de tous les aspects de l’activité humaine. Les ergonomes praticiens doivent posséder une large compréhension de l’ensemble du champ de la discipline. Car l’ergonomie préconise une approche holistique qui tient compte de facteurs physiques, cognitifs, sociaux, organisationnels, environnementaux et autres. Il est fréquent que les ergonomes œuvrent dans des secteurs économiques ou des domaines particuliers. Mais ces domaines ne sont pas mutuellement exclusifs et ils changent constamment : de nouveau secteurs émergent, d’autres s'ouvrent à de nouvelles perspectives.

Les deux objectifs de l'ergonomie : santé et efficacité au travail
Globalement, l'ergonomie est perçue comme une discpline qui traite de la bonne utilisation d'un produit, d'un logiciel, et ensuite qui traite de la santé des personnes au travail.
L'ergonomie traite simultanément de la santé des personnes dans la sphère du travail (on peut aussi parler de QVT : qualité de la vie au travail), et de l'efficacité des organisations et des systèmes.
Assurer la santé, le bien-être et le développement des personnes au travail
Depuis plusieurs décennies, on sait que le travail a des conséquences sur la santé : des conséquences négatives (accidents, maladies professionnelles, stress, RPS, ...), mais aussi des conséquences positives (collectif de travail, reconnaissance ou existence sociale, augmentation des connaissances et des savoir-faire, ...). L'ergonomie va minimiser les premières, et augmenter les secondes, en construisant ou en transformant des environnements de travail permettant le développement des personnes au travail
Assurer l'efficacité globale des organisations et des systèmes
La recherche du bien-être et de la santé se fait toujours dans le contexte du travail : l'ergonomie vise à améliorer simultanément la santé des personnes et l'efficacité des organisations et des systèmes. Et la recherche de l'efficacité va passer par la recherche de toutes ces choses qui empêchent le "bien travailler", le "bien faire", toutes ces diférences qui existent entre ce qui doit être fait (travail prescrit) et ce que l'on fait réellement (travail réel), que l'on peut qualifier d'irritants, d'aléas, de non prévu, ... Travailler sur ces déterminants va permettre d'améliorer l'efficacité globale (pour l'entreprise), mais également le ressenti du travail bien fait (pour la personne).

Ergonomie ou ErgonomieS : les 3 grandes catégories d'ergonomies
L'ergonomie est souvent distinguée en 3 grandes catégories :
  • l'ergonomie physique privilégie les aspect physiologiques et biomécaniques de la personne lors de ces activités de travail,
  • l'ergonomie cognitive traite des interactions entre le travail et les processus de traitement des informations par les personnes,
  • l'ergonomie organisationnelle s'occupe des environnements de travail pris ici au sens très large.
Cette séparation est relativement théorique. Elle est peut-être révélatrice des différentes formations de départ des ergonomes, où les différents rattachements des lieux de formation à l'ergonomie :
  • l'ergonomie physique va se rapprocher des praticiens de la santé (médecins, infirmière, kiné, ...), mais également les techniciens et les ingénieurs qui recherchent des réponses précises lors de la conception des environnements de travail;
  • l'ergonomie cognitive côtoie la psychologie du travail, son approche et ses différents outils d'évaluation de la charge mentale et du stress au travail,
  • l'ergonomie organisationnelle va préciser du monde des ingénieurs et des personnes qui interviennent dans les modification ou les créations d'organisations.
Comme évoqué avant, la distinction reste artificielle quand on la confronte à la réalité dans les différentes interventions. Les parcours de formations actuels outillent les ergonomes pour pouvoir analyser et apporter des réponses à l'ensemble des problématiques pour lesquelles l'ergonome intervient.
Ces trois catégories sont reprises et détaillées dans les pages suivantes.

Renseignements Ergonomie Participative
Retourner au contenu