Aller au contenu
Construire ensemble les environnements de travail habilitants

Le travail ne peut se résumer qu'à ses conséquences négatives sur la santé

Lors de sa création comme discipline à part entière dans les années 50, l'ergonomie s'est définit comme "l'adaptation du travail à la personne" et correspondait au retour de balancier des systèmes d'organisations comme le taylorisme qui pronait depuis la fin du 19ème siècle l'adaptation de la personne au travail.
A la faveur d'un ouvrage collectif qui a fait date dans les années 90, l'ergonomie s'est placés comme une discipline qui permet de "comprendre le travail pour le transformer".
Dans ces deux cas, l'ergonomie apparait avec une vision défensive, où le travail est pensé prioritairement comme source de contraintes et où le rôle de l'ergonome se bornerait à la seule réductions de ces contraintes. Dans les grandes entreprises des décennies 70 à 90, l'ergonome était souvent rattaché aux "bureaux du personnel" (anciens noms des Ressources Humaines), avec comme principale mission d'intervenir quand les lignes de production étaient accélérées et que le travail devenait trop difficile.  

L'ergonomie constructive : permettre le développement des personnes et le développement des organisations

Si on est convaincu qu'intervenir sur le travail ne se résume plus seulement à en combattre les effets négatifs, que devient l'ergonomie et quels sont ses nouveaux champs d'intervention ?
L'ergonome va alors devoir prendre en compte les autres dimensions du travail, en particulier le travail vu comme un levier pouvant assurer le développement des personnes dans les activités de travail, avec comme conséquence également le développement des organisations pouvant (ou devant ...) faciliter et encourager le développement des personnes. C'est ses idées qui sont précisées et développées dans l'ouvrage collectif "L'Ergonomie Constructive" sous la direction de Pierre FALZON.
L'ergonomie se positionne alors comme une discipline de donnant comme objectif la contruction d'environnements capacitants, c'est à dire permettant le développement de chaque personne au travail et le développement des organisations favorisant le développement des personnes.
Le positionnement de l'ergonome change : il doit tout à la fois rester au plus près du travail réel et des personnes qui le réalisent (atelier, bureaux, cockpit, lignes de productions, véhicules, chantiers, ...) pour le comprendre, et investir les groupes d'études et de décisions (cabinets d'études ou d'ingéniérie, architectes, concepteurs, programmeurs, UX design, cabinets de conseil en organisation, ...) pour construire les conditions permettant le développement des personnes au travail.   
Renseignements Ergonomie Participative
Retourner au contenu